On ne rend pas assez souvent à LinkedIn les honneurs qu’il mérite. Si, à première vue, ce réseau social créé en 2002 pour connecter les « professionnels » du monde entier semble n’être qu’une plateforme toute claquée où des énergumènes peu charismatiques racontent leur quotidien professionnel insignifiant pour glaner quelques likes de pitié en guise de reconnaissance virtuelle, LinkedIn est en fait bien plus que ça !

Oui, Linkedin est avant tout une fantastique invitation à la découverte d’un monde souterrain, un espace virtuel confiné dans les abimes de l’absurdité au sein duquel évoluent des êtres aussi pathétiques qu’intrigants et qui, à défaut de délivrer le moindre contenu intéressant, vous procureront au moins une bonne dose de rire.

Les utilisateurs de LinkedIn sont-ils des victimes ?

Vous rappelez vous de Timothée en 4ème C ? Oui Timothée, ce garçon un peu frêle, au physique disgracieux et qui ne pouvait contenir les flots d’urine maculant son pantalon de prolo lorsque le professeur de français lui demandait de lire à haute voix sa rédaction devant la classe. Et pour cause : les rédactions de Timothée n’étaient que de la pure merde, un ramassis de conneries émanant du cerveau encore en pleine phase de croissance d’un enfant n’ayant pas les capacités intellectuelles requises pour produire un lexique, une structure et un récit digne d’intérêt.

Timothée était donc inéluctablement condamné à être la cible des moqueries de ses camarades qui, eux, disposaient d’une bien meilleure maitrise stylistique, comme le rédac chef de ClodoNews par exemple, et pouvaient ainsi légitimement s’amuser à humilier les copains de classe qu’il considéraient inférieurs avant de se griller une gauloise sous les yeux amusés du corps enseignant.

Sauf que voilà, LinkedIn est rempli de Timothée sauvages étalant leur prose de merde. Ayant souffert durant toute leur enfance, les Timothées tentent de prendre une revanche sur la chienne de vie grâce à LinkedIn, le seul réseaux social qui permet aux oubliés de la société d’obtenir un sentiment d’accomplissement personnel grâce à l’invention pure et simple d’un accomplissement professionnel fictif.

Comme rire des êtres les plus faibles est toujours synonyme de bon moment, la rédac de ClodoNews vous propose aujourd’hui de découvrir les 10 profils types de cassos présents sur LinkedIn :

Quel profil de Linkediner êtes-vous ? Les 10 types de sous-merdes que vous rencontrerez sur Linkedin

C’est donc sur LinkedIn que vous trouverez tout le rebut de la société que vous avez appris à éviter soigneusement au quotidien. Commerciaux cinquantenaires souffrant de complexe d’infériorité et de troubles de l’érection depuis le plus jeune âge, femmes « fortes » en burn-out qui ne voient pour seule raison d’exister que la reconnaissance de leur N+1 qui ne les calcule même pas à part pour se vider les couilles derrière l’imprimante lors du pot de fin d’année avant de les licencier un mois plus tard pour ne pas saborder leur mariage… LinkedIn est une véritable foire animale à ciel ouvert à laquelle il est humainement impossible de s’identifier ! Mais au sein de cette grande caricature du monde professionnel on peut tout de même distinguer différents profils :

1. Le branleur

mauvais profil linkedin exemple

Si le branleur est présent sur LinkedIn, c’est avant tout sur les ordres des professeurs de son école de commerce au rabais qui n’a jamais eu la moindre intention de l’accompagner dans sa future recherche d’emploi (c’était écrit sur la brochure pourtant). Il s’est donc retrouvé dans l’obligation de substituer les avantages de son école à 10.000€ l’année par la création d’un compte LinkedIn. Ses professeurs l’ont rassuré : « Tkt avec Linkedin tu trouveras ahah, allez bonne chance et n’oublie le paiement du second semestre petit fdp, les cours en visio ne vont pas se payer tout seuls« .

Le branleur ne s’est connecté qu’une seule fois pour créer son compte puis il a oublié son mot de passe et n’est jamais revenu. Il pratique le chômage depuis 2015.

2. La fraude

Non vous ne rêvez pas, il existe bel et bien des personnes dont la profession a tellement peu d’utilité réelle qu’ils se retrouvent bien emmerdés au moment de s’inventer un intitulé de fonction.

Ces énergumènes sont plus communément appelés « fraudes » ou « planqués« . Les fraudes sont l’addition des menteurs + des branleurs. Poussant la fainéantise à l’extrême, la fraude va même jusqu’à appeler ses lecteurs à voter pour décider de son intitulé de poste à sa place. Il n’a d’ailleurs pas pensé au contenu de son poste vu qu’il n’a jamais rien branlé et n’a même pas la moindre idée de la raison de sa présence au bureau.

Malgré ses tares, on ne peut nier à la fraude une certaine inventivité pour faire travailler les autres à sa place, ainsi, avec un peu d’opportunisme, il peut très vite devenir cadre dans les ressources humaines ou dans le marketing d’une multinationale.

3. L’esclave moderne

pire post linkedin esclave salarié

Totalement aliéné, l’esclave moderne a perdu conscience du monde réel et se complait dans sa condition de vulgaire péon interchangeable. Il est désormais incapable de raisonner autrement que par la notion « temps », décryptant ainsi chaque acte du quotidien comme une perte de précieuses minutes qu’il aurait pu consacrer à son labeur pour obtenir l’approbation de son vénéré N+1.

Le plus triste dans tout cela c’est que personne ne croit aux élucubrations de l’esclave. A l’écouter, l’esclave n’a besoin que d’une heure pour remplir les objectifs mensuels de tout un département commercial. Mais l’esclave se ment à lui-même. Il a probablement son supérieur direct parmi ses relations LinkedIn et ne peut se permettre de perdre la face devant ce dernier. Il doit donc gonfler ses chiffres pour obtenir l’inestimable petite tape sur la tête de la part du chef.

L’esclave ne cherche pas à sortir de son statut. Après tout il n’est qu’un être inférieur à son PDG, véritable modèle, et se doit d’obéir au doigt et à l’œil de son patron qui, comme il aime se le répéter, « s’est fait tout seul lui ».

Une fois le boulot terminé, l’esclave rentre chez lui en métro, ce qui lui laisse une précieuse heure de trajet pour démarcher de nouveaux clients à emmerder. Il a ensuite 30 secondes chrono pour boire un Feed, la boisson des jeunes dynamiques, avant d’enfin s’offrir un moment de détente avec une branlette de deux minutes montre en main avant de s’endormir en pleurs dans la position fœtale au bruit des tics de l’horloge-réveil qui indique qu’il ne reste plus que 6 petites heures avant une nouvelle journée de travail trépidante.

4. L’influenceur lifestyle

pire post linkedin

Ce gros enculé à confondu LinkedIn et Instagram et, pour le malheur de tous, nous gratifie de sa dernière photo prise au Kilimandjaro avec Damien et Florent qui forment à eux trois la sainte trinité des branleurs issus d’école de commerce.

Emmitouflé dans sa Canada Goose offerte par papa, l’influenceur lifestyle nous délecte d’une anecdote totalement bidon (« un abîme de réflexions » ayaaa) dans le seul but de pouvoir caler sa photo de vacances à l’instar d’un sale prolo de backpacker.

5. Les insupportables boomers aigris

linkedin nul

Non contents de faire chier leur monde au boulot toute la journée, ils faut qu’il se trouvent des ennemis supplémentaires le soir sur LinkedIn pour s’adonner à un pugilat de poissonnières par commentaires interposés. Bienvenue dans le monde du travail et du #TeamSpirit.

6. Le « start up nation » exécrable qui cale des mots en anglais pour impressionner sa maman

franglais profil anglais en entreprise linkedin

Une fuite de cerveau que personne ne regrettera

Il a juste envie de se faire détester de tous en fait, je vois pas d’autres explications. Non mais regardez-le avec son franglais d’immonde fils de pute c’est pas possible.

Il croit quoi ce pédant personnage ? Parce qu’il sait dire « full remote » et « brainstorming » on va d’un seul coup le considérer comme un bilingue alors qu’on sait pertinemment tous que cet idiot du village n’est en fait qu’un sale désco qui galère à passer son niveau A2.

Et il est là, tout content d’écrire ses posts de merde le sourire aux lèvres du con satisfait qui vient de regarder sa série Netflix en V.O alors que tout le monde se fout de sa gueule.

Alors non, pour la dernière fois, baragouiner l’anglais (comme 95% des LinkedIners) n’est pas une compétence qui fera de vous le meilleur candidat, et si ceci constitue votre seul et meilleur atout… alors ce site partenaire est fait pour vous.

7. Les philosophes 2.0

philosophe linkedin

Si vous ne saviez pas ce qu’est un « Design Strategist », vous êtes maintenant au fait qu’il s’agit tout simplement d’un petit être en questionnement et privé de repères dans la vie. Entre deux pauses café, son emploi fictif de planqué lui octroie le temps d’étaler sa question existentielle de merde dont absolument personne n’a rien à foutre, une opportunité que le philosophe 2.0 de LinkedIn ne manque jamais !

8. Le malaisant qui prend la tête à tout le monde avec ses posts de merde

pire post linkedin

C’est le genre de gars que personne n’invite aux soirées car tout le monde sait qu’il va étaler ses histoires totalement inventées à l’avance pour finir par nous lâcher un très irritant « sa fé réflécir hein t’as vu ?« , le sourire du débile léger au bout des lèvres, tout fier d’avoir eu son quart de gloire après son anecdote dénuée de la moindre once d’intérêt.

Recherchant à tout prix l’approbation de son public pour avoir l’impression d’exister, le malaisant qui prend la tête à tout le monde avec ses posts de merde se fendra également d’un « Hé les gars qui est d’accord avec moi ? Allez les gars répondez quoi ahah, bon euh je… » pour conclure sa réflexion de total attardé.

Ne répondez jamais au LinkedIner de type malaisant. Ce genre de virus s’éteint lorsque l’on ne lui prête plus d’attention. Si vos nerfs ne peuvent résister face à l’écoute de cet indécrottable tocard (ce qui est compréhensible et même acceptable), vous pouvez toujours lui latter les couilles. On verra ainsi si la #Happiness est toujours #Priceless.

9. Le modeste

Le seul point faible du LinkedIner modeste est qu’il est trop fort. Son humilité force l’admiration tant son intelligence hautement supérieure à la moyenne du commun des mortels devrait légitimement le pousser à un sentiment de domination céleste.

Mais du haut de sa sagesse, le modeste garde les pieds sur terre et joue à armes égales avec le reste des LinkedIners. Malgré sa volonté affichée de ne pas survendre ses capacités sur son CV, les recruteurs ne sont cependant pas dupes et remarquent tout de suite la valeur incommensurable d’un candidat humble. Nul doute que notre champion de l’intelligence émotionnelle et de la « pleine conscience » (?) a directement été remarqué par la NASA qui lui a offert un rôle de direction pour qu’il puisse librement exprimer son « ballet de pensée » et ainsi être à l’origine de nombreuses avancées pour l’ensemble de l’humanité.

10. L’humoriste français

pire post linkedin malaise humour

Si vous pensiez que l’influence de Kev Adams était néfaste pour le développement de votre enfant, alors ne laissez jamais ce dernier se rendre sur LinkedIn. Il pourrait en effet croiser la route d’une horde d’humoriste français, tous bien décidés à en découdre pour savoir qui aura la palme d’or de l’humour le plus atroce en nous pétant les couilles à coups de calembours foireux et nauséabonds.

L’humoriste français commun étant factuellement navrant de médiocrité par essence (à part Ruquier bien évidemment), les humoristes de LinkedIn ne dérogent pas à la règle. Il jouit cependant de la complaisance et de l’hypocrisie crasse des utilisateurs de LinkedIn pour récolter 1539 j’aimes (1539 bordel de merde mais quel est donc ce maléfice ??) à moins que ceux-ci ne soit que le résultat d’un acte de charité de la part de lecteurs compatissants.

A noter le #Humour qui éclaire quelque peu sur la nature de ce post surréaliste. C’est vrai que c’était pas évident au premier coup d’œil, merci pour la précision humoriste français.

Prêts à devenir de véritables petit LinkedIners ?

Alors chers lecteurs, le monde des apparences et de l’hypocrise vous attire ? Ou bien faites vous parti de ceux qu’ils rebute ?

Si vous appartenez à la deuxième catégorie, fuyez ce réseau de puceaux et rendez-vous sur des plateformes de bonhommes telles que Tinder et OnlyFans, on vous trouvera du boulot là-bas croyez-moi.

Article rédigé par : Claude