C’est le début d’une nouvelle chronique sur ClodoNews : les recettes prolos ! Après cette difficile période de confinement et de distanciation sociale, quoi de mieux que de détruire tous nos efforts en accueillant toute notre famille autour d’un bon petit plat maison ?

Mais rassurez-vous : Entre manger un bon tartare d’oiseau et attraper le Covid, la balance bénéfices-risques penche largement en faveur du festin tant la recette que nous allons vous proposer aujourd’hui fera plaisir à tous les amoureux de gastronomie !

Voici donc, pour vous chers lecteurs, la recette du tartare d’oiseau confectionnée par nos propres soins et, surtout, validée par le chef Philippe Etchebest lui même qui, rien que pour nous, a décidé de renfiler son tablier et de faire son grand retour dans les pages du journal ClodoNews afin de juger de la qualité de notre divin met.

« Me revoila les journalopes« 

Ingrédients :

Un tartare d’oiseau est un plat qui demande, bien évidemment, une grande dextérité. En effet ce met fut célèbre durant le moyen-âge, avant de tomber en désuétude après l’instauration de réglementations sanitaires dans les restaurants, et il n’était réservé qu’aux seigneurs durant des banquets afin de célébrer un pillage de village adverse ou une crémation de sorcière.

Nous parlons donc d’un plat prestigieux qui, en plus d’exiger une certaine aisance en cuisine, nécessite des produits frais et de qualité. Pour réaliser un tartare d’oiseau parfait vous devrez donc vous munir de :

Un volatile quelconque (les vrais amateurs privilégieront le pigeon ou le corbeau). CLODO ASTUCE : Nous vous conseillons de capturer et de tuer l’oiseau vous-même au lieu d’en acheter un tout préparé. Vous économiserez ainsi de précieux deniers.

Trois tomates cerises. CLODO ASTUCE : Les tomates cerises coutent la peau du cul en grande surface. La solution la plus économe reste d’acheter vous même vos graines de tomates cerises sur Cdiscount. Vous pourrez ainsi récolter de délicieuses tomates après une petite centaine de jours d’attente seulement.

Source photo : ClodoNews, 2020

Quelques oignons de printemps. CLODO ASTUCE : Les oignons d’hiver sont souvent moins chers que ceux de printemps. N’hésitez pas à vous en procurer.

Quelques brindilles d’herbe de gazon. CLODO ASTUCE : Nous ne roulons pas tous sur l’or et nous n’avons donc pas tous le luxe de posséder un jardin chez nous. Cependant il est possible d’aller cueillir des brins d’herbe dans les parc municipaux de votre ville, et ce, en toute gratuité.

Un verre de vin. CLODO ASTUCE : On trouve de très bonne piquettes pour moins de 2€ à Aldi. Cependant, si vous n’avez pas de vinasse, il est possible de la remplacer par du vinaigre balsamique ou du vinaigre blanc.

Préparation :

Commencez par plonger l’oiseau dans de l’eau très froide pendant une bonne quinzaine de minutes. Le principe du tartare est de proposer la viande la plus froide possible. Ne plumez surtout pas l’oiseau ! Les plumes de l’animal donnent en effet toute la saveur et la texture du plat.

Allumez les plaques chauffantes de votre appart étudiant et attendez une petite heure afin qu’elles ne commencent à produire de la chaleur. Ensuite, munissez-vous d’une petite poêle et faites y réduire le vin/vinaigre sur un feu doux. Ajoutez y les oignons préalablement hachés. Il n’y a pas de temps de cuisson obligatoire. Jouez quelques parties de Candy Crush en attendant et quand vous pensez que c’est bon, éteignez les plaques.

Une fois la mixture prête, versez-la sur le plat. Lâchez ensuite le piaf sur le coulis.

Vient l’heure de la présentation : posez 2-3 tomates cerises sur l’oiseau et éparpillez les brindilles de gazon tout autour du divin met enfin d’enjoliver un peu le truc. Le plat est maintenant prêt à être savouré !

Un plaisir pour les papilles comme pour les pupilles

Le verdict du chef Etchebest :

Pas peu fiers de notre réalisation, c’est avec entrain que nous nous dirigeâmes vers le chef Etchebest afin de le faire pâlir de jalousie devant notre plat digne des plus grands chefs étoilés.

– Monsieur Etzebrestche, ravi de voir que vous avez accepté notre invitation (malgré nos petits différents lors de notre dernière collaboration). Veuillez accepter ce plat en guise d’amitié.

undefined

– Alors déjà petit excrément luciférien tu vas me parler sur un autre ton. Je t’ai déjà dit que moi c’est Etche-BEST. BEST le meilleur quoi. Et puis pourquoi tu prend cette voix de pédale on dirait Donald Duck.

undefined

– Ah euh… Dé-désolé chef Excrébezm, je vous laisse dé-découvrir le plat hehe

TADAAAM : undefined

undefined

– Vous… Vous n’aimez la viande corbeau peut-être ?

– Ohlalalalala undefined

– Que c’est moche bordel, je suis désolé de te le dire mais ça ressemble à rien et je crains devoir être obligé de t’enculer en règle une nouvelle fois.

undefined

– Non non par pitié maitre Etchehbeze! Goutez au moins le plat avant de me bouillave svp

– Hey, si à chaque fois que je t’humilie tu commences à chialer, on va pas s’en sortir ! Ca sent le cadavre en putréfaction ton truc ! Et pourquoi la viande est mouillée ? Pourquoi elle est mouillée bordel tu peux m’expliquer ?

undefined

– Ben c’est pour la refroidir, la texture tout ça… J’ai vu ça sur internet c’est pas ma faute svp chef j’ai fait des études de journalisme pas de cuisi…

– Arrête de me parler j’en ai rien à branler. Je vais te cracher à la gueule puis je vais gouter le plat pour lui faire honneur et aussi parce que je suis payé pour cette chronique.

undefined

– Alors ? Tout se passe comme prévu ? Chef… Chef ? Vous allez bien ? Pourquoi vous bavez chef ?

undefined

– Je vois tout en noir et blanc… Et mes jambes, je ne sens plus mes jambes bordel ! Aidez-moi, sans mes jambes je ne peux plus pratiquer le rugby à haut niveau ni la boxe qui m’ont permis de me forger un mental d’acier pour devenir meilleur ouvrier de France.

undefined

– Appelez une ambulance ! Le chef est en train de faire un malaise vaginal. Il faut que vous mangiez quelque chose chef, reprenez du tartare ça va vous requinquer. undefined

– Non c’est ta bouffe qui est en train de me filer la polio, enlève ça de ma vue enfant de putain… Je… Je me meurs bordel, mon cerveau fond.

undefined

C’est sur ces mots que le chef nous quitta pour un séjour de 30 jours à l’hôpital sous coma artificiel. Il s’avéra que le chef était en fait le patient 0 du Covid-20, ce qui écarte donc toute possibilité d’empoisonnement alimentaire et défausse donc le journal ClodoNews de la moindre responsabilité.

Rassurez-vous cher lecteurs, aux dernières nouvelles le chef va bien. Il se trouve dans un centre de rééducation dans lequel il réapprend à parler et à marcher. Les médecins sont optimistes et pensent que le chef pourrait retrouver de 20 à 30% de ses capacités cérébrales d’ici une quinzaine d’années. Plus de peur que de mal donc.

Article rédigé par : Chaton Céleste