Sale temps pour les salles de cinéma ! Malgré quelques sporadiques rebonds, les cinémas peinent à faire salle comble selon les chiffres de fréquentation générale. Si cette baisse du nombre de visiteurs s’explique par des facteurs divers tels des prix trop élevés, des contraintes sanitaires handicapantes ou bien tout simplement par un désintérêt grandissant pour le format du grand écran, les plus grands scientifiques alertent aujourd’hui sur une nouvelle cause majeure de la fuite du public de nos salles obscures…

En effet, selon les dernières études menées par les primatologues, l’arrivée de singes sauvages dans les cinémas est désormais le premier motif qui pousse les cinéphiles à rester chez eux. Un désaveu compréhensible tant l’expérience de visionnage d’un film se révèle douloureuse lorsque elle est ponctuée de cris de singes et danses primales intempestives effectuées par les autres spectateurs venus en meute.

Une curieuse tendance capture particulièrement l’attention des spécialistes : les spectateurs de type singe auraient tendance à se rendre au cinéma pour assister à un style bien précis d’œuvres, celles signées de la main du studio Marvel, la référence des sociétés de production cinématographique en prises de vue sur fond vert à destination des plus jeunes.

Faut-il donc voir un lien entre les films Marvel et l’attitude simiesque des spectateurs ? Les œuvres Marvel sont-elles destinées aux primates ou bien sont-elles, elles mêmes, coupables de rendre les fans de cinéma cons comme des singes ? ClodoNews mène l’enquête.

fans de marvel cons films de merde

« Des scènes surréalistes »

Vous n’avez pas pu rater l’évènement de cette fin d’année : Spider No Way Home était, contre toutes attentes malgré deux précédents étrons, le film le plus attendu par tous les singes de la planète.

Si vous ne faites pas partie des 476 500 spectateurs béats venus s’extasier sur les dernières péripéties de l’homme araignée dès son premier jour d’exploitation alors vous avez, d’une part, manqué un scénario foutrement absurde où Spiderman et son ami le docteur étrange, censés être les protecteurs de la planète, s’amusent à modifier les dimensions temporelles dans le seul but de donner une raison aux fidèles de Marvel de se rendre au cinéma.

Mais vous avez surtout manqué des scènes surréalistes, de notre coté de l’écran cette fois-ci, lors desquelles des singes enragés, électrisés par la moindre action de Spiderman à l’écran, hurlent, applaudissent et effectuent des danses rituelles en pleine séance de cinéma dans le but ultime de montrer leur réaction au film qu’ils sont en train de voir et ainsi prouver leur dévotion au dieu Marvel.

Des scènes similaires se sont produites sur toute la surface du globe. Si il parait inconcevable de payer un ticket de cinéma plein tarif pour finir par assister à une parade nuptiale de babouins il faut pourtant bien se rendre à l’évidence : le soulèvement des singes est en marche.

« C’était du grand délire wallah » nous narre Koba, jeune chimpanzé de 31 ans. « Quand j’ai vu que y’avait trois acteurs de spiderman dans le même film, pas un ni deux, mais bien trois ! J’ai vrillé et il s’est passé des trucs nwars dans ma tête. J’ai fait péter des fumigènes pour montrer ô combien je trouvais ce retournement de situation incroyable. » Le jeune singe sort ensuite machinalement une banane de sa poche avant de la peler délicatement et de continuer : « Y’a même ma guenon qui s’est mise à twerker quand elle vu que le docteur Octopus faisait son grand retour. Comment ne pas la comprendre ? On n’a jamais vu un tel move de génie dans un film. C’est juste incroyable, Marvel sont trop forts, faire revenir d’anciens méchants de quand j’étais petit, qui y aurait pensé ?  » rigole-t-il avant de conclure par un subtil « Ounga Bounga « .

Des fans de Marvel cons par essence ou simple effet de masse ?

Mais comment donc des personnages aussi insipides qu’accessoires et des intrigues écrites avec le cul permettent-elles de déchainer des passions dignes de celles obtenues auprès des premiers spectateurs de cinéma, confrontés avec ahurissement aux métrages des frères Lumière il y a plus de 100 ans ? Rappelons-nous que nous parlons d’un bête film générique comme il s’en fait par millier avec Spiderman ?

Koba est le premier à reconnaitre qu’il ne « voulait pas applaudir au début. J’ai 31 ans et je suis diplômé. Je sais pertinemment que je n’ai plus l’âge pour m’extasier devant des histoires de superhéros à la con mais voilà. Avec l’enthousiasme de mes frères singes, j’ai crié naturellement pour la hype et pour mettre l’ambiance mdr comme si c’était la première fois de ma vie que je voyais un film. On a foutu le zbeul on grand Rex et ça m’a rappelé mon enfance au Wakanda. Ensemble singes forts comme on dit chez nous. « .

Gneeeuuuu Peter

Article rédigé par : Gunther