Danses Fortnite, célébrations enfantines… beaucoup de signes évoquaient déjà par le passé une propension à être une grosse victime chez le talentueux footballeur Antoine Griezmann.

Mais les doutes sont devenus des certitudes lorsque que Griezmann a rejoint l’effectif du FC Barcelone l’été dernier. En effet, selon les échos de la toujours très sérieuse presse française, le jeune Antoine serait devenu le bizut de service de son nouveau club et servirait de souffre douleur au reste de ses coéquipiers, Lionel Messi en tête.

Une intégration difficile

Il semblerait que dès le départ, Antoine Griezmann ait fait les mauvais choix en termes d’intégration. Alors que les us et coutumes pour saluer ses coéquipiers consiste généralement en un serrage de main, le petit Antoine aurait préféré effectuer quelques pas de danses Fortnite en guise de salut.

« Mais c’est quoi ce gamin ? » aurait proféré Gérard Piqué d’un air médusé. Alors que tout le groupe du Barça semblait gêné devant les pitreries de Griezmann, Leo Messi prit la parole et dit « Venez les gars laissez-le, nous on joue pas avec des loosers » laissant ainsi Griezmann tout seul dans son coin.

Griezmann s’apprêtant à se déhancher sur un Floss pour impressionner Leo Messi

Mais le malaise s’intensifia encore plus lors du premier entrainement de l’équipe. Lors de la composition des deux équipes pour l’entrainement, deux capitaines furent désignés pour choisir leur coéquipiers un à un. Messi ayant décidé de composer lui même les deux équipes, il choisi tour à tour les joueurs des deux formations. Seul petit hic : Antoine Griezmann fut le dernier à être appelé, Umtiti, même blessé, ayant été choisi avant lui. Griezmann demanda donc timidement à Messi si il pouvait jouer et ce dernier, après quelques secondes de soupirs et d’agacement, accepta mais à une seule condition : « OK mais tu joueras au goal« , lui préférant ainsi Marc André Ter Stegen à la pointe de l’attaque.

Alors que l’équipe de Messi l’emportait sur celle de Messi, les vaincus durent subir le traditionnel bizutage amical dit de « la pichenette ». Mais alors que les joueurs vaincus prenaient tour à tour leur petite tape sur l’oreille, Antoine Griezmann, lui, subit plusieurs balayettes, des clés de bras et même des morsures dans le cou de la part de Luis Suarez.

Même ses potes de longue date le laissent tomber

Mais pourquoi personne ne vient en aide au pauvre Griezmann ? Les dirigeants du Barça se murent dans un silence coupable face aux questions des journalistes. Les seules réponses qu’ils puissent apporter se résument à « C’est pas notre faute, c’est Léo qui choisit » ou « Oui mais il fait chier Griezmann aussi, nous on voulait Neymar à la base« .

Griezmann aurait alors pu compter sur le soutien de ses amis internationaux français tels que Dembélé, Umtiti ou Lenglet. Mais en observant la vie du groupe, on remarque que ces derniers sont peu enclins à venir au secours d’Antoine lorsque celui-ci se fait embêter par ses camarades. En effet, les autres français du Barça préfèrent baisser les yeux lorsque leur chef Leo Messi décide de passer ses nerfs sur le néo-barcelonais, pire, ils esquissent parfois des sourires nerveux mêlés de peur et de honte.

Lorsque nous questionnons les 3 français sur le rapport avec Griezmann, ils feignent ne pas le connaitre et partent s’amuser avec les autres membres du FC Barcelone tandis que Griezmann se morfond tout seul dans les locaux du Camp Nou.

Griezmann sous les gradins du Camp Nou, « c’est le seul endroit où ils ne viennent pas m’embêter »

Assis tout seul à l’avant du bus

Le jeune mâconnais mène donc une vie solitaire au sein de son nouveau club, ses seuls contacts verbaux avec le reste de l’équipe se résumant à des « Hé la victime, va me préparer un maté » ou « Antoine hop hop hop il faut que tu ailles chauffer le banc stp« .

« Non mais les gars ça me dérange pas de faire le maté hein, tkt c’est cool ahah… »

Une solitude qui le poursuit même lors des déplacements du Barça à l’extérieur; Antoine Griezmann se retrouvant tout le temps seul à l’avant du bus, écouteurs dans les oreilles et yeux rivés sur Football Manager dans l’espoir que personne en vienne l’embéter.

Mais c’est sans compter sur les caïds du fond du bus, Leo Messi et Luis Suarez, qui n’hésitent pas à balancer des bouts de papiers sur la tête de Griezmann tout en se levant de temps en temps pour aller asséner quelques tapes sur la tête d’Antoine ou pour placer un coussin péteur sous son siège.

Une timidité maladive ?

Griezmann se décrit lui même comme un grand timide. Vous savez, ce genre de type à l’école qui viennent se greffer à un groupe pour ne pas rester tout seuls, puis qui ne prennent jamais part à la discussion et restent là, amorphes, à seulement rire (mais pas trop fort) lors des blagues du meneur du groupe, et bien Griezmann est une de ces personnes.

« Quand il est là à rien dire on a envie de lui mettre des baffes, non des mandales même, non même tu sais quoi ? On a envie de lui pisser dessus, on a envie de lui dire efface-moi se sourire niais de ta tête de con et réveille-toi, dis quelque chose merde ! Et arrête avec ton putain de L de Grizou à la con. » se confie le fougeux Frenkie De jong à notre micro.

Griezmann suivant Messi à chacun de ses pas mais n’osant pas lui parler

Coéquipiers tyranniques ou attitude de tête à claques de la part de Grizou ? Nul ne le sait, mais ce dont le pauvre Griezmann peut-être sûr, c’est qu’avant de s’asseoir à la table de Messi, il devra d’abord passer dessous.

Auteur de l’article : Guy Varche