2004 : des millions de jeunes enfants à travers le monde découvrent les joies du pugilat et s’initient à la violence gratuite grâce au superbe jeu signé Electronic Arts : Def Jam fight for NY.

Mais cette époque nous parait déjà bien lointaine. Lequel d’entre nous n’a jamais été nostalgique au souvenir du début des années 2000 et de ses jeux burnés qui nous apprenaient la leçon de vie la plus importante : tabasser ses adversaires pour devenir un bonhomme, un vrai.

Il est donc légitime de nos jours de s’inquiéter quant à l’éducation de nos enfants et de craindre de les voir devenir des petites mauviettes dans nos années 2020 aseptisées de toute violence.

Mais ne craignez plus rien, Bruno Bonnell et Infogrames ont décidé de remettre notre société dans le droit chemin en frappant un grand coup dans les couilles de l’industrie vidéoludique en ressuscitant la licence Def Jam Fight revisitée à la sauce française !

Après avoir tabassé des rappeurs US dans Def Jam Fight for NY, vous réviez de jouer à un jeu de baston avec des vrais rappeurs bien franchouillard ? Ne rêvez plus ! Le jeu est en cours de développement et ClodoNews a eu le privilège de pouvoir le tester en avance dans les locaux d’Infogrames à Roubaix City. Pour vous chers lecteurs, voici ce qu’il faut retenir du mastodonte qui débarquera prochainement sur vos consoles :

Plus de 40 rappeurs français jouables

Lomepal, Orelsan, Nekfeu, Bigfion et Oli… Tous les rappeurs les plus violents de l’Hexagone vous attendent dans Def Jam Fight For France ! Des dizaines de rappeurs sont à débloquer au fur et à mesure de votre avancée dans le jeu.

Cette variété dans le casting ravira tous les amateurs du rap game français malgré l’absence remarquée du chanteur Aya Nakamura. En effet ce dernier n’aurait pas accordé ses droits d’images car il aurait déjà signé un contrat d’exclusivité avec Activision pour apparaitre dans le prochain jeu Shrek Superslam et faire la motion capture du célèbre ogre vert.

Shrek Superslam : une véritable claque graphique qui pourrait faire de l’ombre à Infogrames

Des attaques propres à chaque personnage

Le système de combat de Def Jam Fight For France fait la part belle aux capacités spéciales de chaque personnage ! A la manière d’un Mortal Kombat, le jeu vous permettra d’achever vos adversaires de manières totalement street crédible selon le personnage que vous incarnez.

Nous avons pu tester quelques uns de ces finishing moves tels que celui de Sadek qui, avant de terrasser son opposant, utilise la capacité d’invocation « 5 vs 1 » qui permet de faire apparaitre 4 PNJ du quartier pour aider le joueur à tabasser son adversaire.

Bigflo et Oli peuvent quant à eux fusionner et mettre à profit leur poids léger et leur petit gabarit pour asséner des coups rapides, voire même pour se catapulter l’un l’autre sous la forme d’un projectile enflammé en direction de l’ennemi.

La rappeur Kaaris peut de son coté effectuer a technique du « double rotor agressif » qui lui permet de s’élever dans les airs avant de lâcher une horde de singes tout droite sortie du zoo.

Enfin nous avons eu la chance de tester le personnage de Seth Gueko et sa puissante attaque « Bistouflex » mais aussi celui de Guizmo qui est l’un des moins résistants du jeu mais qui peut régénérer ses PV en consommant une bouteille de Jack Daniels en plein milieu du combat.

D’autre part, le jeu inclut une flopée de personnages non jouables tels que Bilal Hasani et Bassem. Bien que vous ne puissiez pas les contrôler, ils sont présents dans le mode entrainement et vous serviront de punching ball afin que vous puissiez parfaire vos techniques de Street Combat.

Les points de Respect vous permettront de débloquer vos rappeurs favoris

Un mode carrière prometteur

Sûrement le plus gros point fort du jeu : un mode carrière qui vous permettra de créer votre propre rappeur et de gérer sa carrière de ses débuts de petit rappeur du bas des blocks jusqu’à sa célébrité.

Gagner des combats en mode carrière vous permettra d’engranger des points d’expérience du ter-ter mais aussi de récolter de la moula (devise du jeu) qui vous sera utile afin de personnaliser votre rappeur avec des tatouages, des chaînes en or et des bagouzes afin d’augmenter votre Street Crédibilité. Vous devrez également gérer vos statistiques de Clout et d’écoutes streaming tout en déclenchant un clash avec un autre rappeur de temps à autre afin de rester « relevant » aux yeux de votre public.

Si Def Jam Fight For France est à première vue un jeu de combat bas du front, il est en réalité doté d’un scénario complexe et sombre qui vous fera suivre les péripéties d’un jeune rappeur dont le seul but n’est qu’au fond de pouvoir mettre sa mama à l’abri tout explosant le crâne de ses concurrents.

Et si sa narration est d’une telle qualité, Def Jam Fight For France le doit avant tout à son scénariste de génie Frank Gastambide, l’auteur d’œuvres passée à la postérité pour avoir marqué le cinéma telles que Pattaya ou Taxi 5. Mais ce succès se doit aussi à l’un des plus grands lyricistes de notre époque : le rappeur Jul himself, qui a écrit l’intégralité des neuf lignes de dialogue que comporte le jeu.

Tuez votre adversaire de la manière la plus sale possible pour gagner le respect de votre fanbase

Des dizaines d’arènes et environnements

Enfin, l’un des éléments cruciaux pour réaliser un bon jeu de baston réside souvent dans la variété de ses environnements et de ses arènes de combat. Et, une fois de plus, le jeu ne déçoit pas :

Def Jam Fight For France accorde en effet une attention toute particulière à recréer avec précision les lieux les plus emblématiques du rap game afin que les joueurs puissent les saccager en toute liberté pendant leurs parties.

L’aéroport d’Orly est ainsi reproduit à la perfection; le joueur pourra évoluer librement de la salle d’embarquement jusqu’aux boutiques de parfum duty free dans un environnement totalement destructible.

Nous avons également pu nous adonner à un pugilat en règles dans les locaux de Skyrock, où un Fred Musa virtuel assiste médusé aux combats de vos rappeurs préférés. Vous pourrez ainsi vous battre sur le plateau de Planète Rap pendant que la soundtrack du jeu vous abreuvera de freestyles authentiques de jeunes rappeurs tout claqués, seulement entrecoupés de « J’apprécie à moitié » de la part de Fred qui prête d’ailleurs sa propre voix à son personnage.

Vos adversaires pourront régénérer leur barre de combo en consommant un bon gros pilon

Alors ? Prêts à latter du iencli dans Def Jam Fight For France ? Une chose est sûre : vos enfants ne verront plus jamais du même œil leurs rappeurs préférés après avoir joué à la dernière pépite d’Infogrames !