On vous voit venir, vous, chouffins et autres énergumènes adulescents inaptes à un débat calme sur la question du meilleur groupe de Metal de tous les temps. Nous savons que en nous lançant à corps perdu en dévoilant le véritable plus grand groupe de musique Metal au monde, la rédac de ClodoNews prend le risque de se faire lyncher par une horde de lecteurs puristes boutonneux vociférant le nom de leur groupe favori. Mais qu’importe ? A vrai dire votre avis de simple adapeiste ne compte guère car nous détenons la vérité.

Et oui, même les plus fanfarons d’entre vous nous donneront raison à la lecture de cet article car la découverte de notre groupe préféré vous laissera sur le cul. Mesdames, messieurs, voici pour vous la meilleure formation de Metal que cette terre ait porté, j’ai nommé : The Processus.

Un groupe de Metal à la fois expérimental et accessible

The Non Dialogue Of Inner Voices : Un banger mélodique qui s’écoutera sur toutes les plages cet été

Si The Processus plait tant aux plus grands érudits de la musique Metal mais aussi aux plus récents néophytes, c’est tout simplement car ses membres, menés par Björk Killgore (le talentueux chanteur du groupe), savent marier à la perfection des sonorités douces au tempo lent, avec des passages plus expérimentaux mais toujours mélodieux, invitant ainsi l’auditeur à s’aventurer dans un incroyable voyage au plus profond de ses sens musicaux.

Le groupe, avec son album Human Soul: The Exponential Territory Of Aberration And Saturation, réussit donc l’exploit de proposer un projet ambitieux; capable de repousser les limites créatives de la scène Metal tout en étant suffisamment accessible au grand public et donc à même d’être diffusé sur les plus grandes bandes FM telles que NRJ, Skyrock ou encore France Musique.

Mais victime de son succès, The Processus a vu la majorité des titres de son album effacés de la plateforme YouTube. Aujourd’hui, seule la chanson « The Non Dialogue Of Inner Voices » reste disponible en ligne. La raison de cette étrange censure ? La qualité elle même de l’album, qui commençait à faire de l’ombre au reste des artistes présents sur YouTube et dont la firme américaine avait promis une surexposition aux yeux du public. A vouloir déjouer les algorithmes de la plateforme et à proposer de la musique bien trop divine pour le commun des mortels, The Processus s’est brulé les ailes… Preuve de plus que ce groupe n’est pas seulement la meilleure chose qui soit arrivé au 4e art mais bel et bien une véritable légende intemporelle et inter dimensionnelle du domaine de la musique.

gros metalleux metal chouffin gothique

Avec son dernier album, Björk Killgore revient en force après sa 2nde cure de désintoxication et sa 5ème liposuccion

Un usage « d’instruments » inédits qui révolutionne la scène Metal

Si certains artistes parlent de « mélodie » ou de « sonorité », les membres de The Processus, eux, préfèrent le qualificatif de « bruit » pour décrire leur production. Dans une récente interview pour le magazine Metal Obs, Björk Killgore dépeint la façon dont son groupe confectionne de nouvelles chansons au quotidien : « Avec les gars on a pas vraiment de règles. Nous ce qu’on fait c’est du bruit qui transcende les schémas traditionnels imposés par les maisons de disque. Notre bruit est hybride, à la croisée de courants musicaux bien différents, empruntant tout ce qu’il y a de plus inavouable à chaque style. C’est d’ailleurs pour ça qu’on a crée notre propre label indépendant « Hollow Bitch » et que maintenant on peut se permettre de faire tout ce qu’on veut et ce qu’on veut c’est de l’agression sonore, de la déstructuration, de la deshumanisation et surtout beaucoup, beaucoup, de saturation. Tu vois ce que je veux dire ? »

Le chanteur détaille ensuite plus précisément le processus créatif de… The Processus : « Bah on rentre en studio quoi puis on fait un peu ce qu’on veut. Moi par exemple je m’inspire du cri des pécaris (race de pachyderme présents en Amérique du Sud et en Amérique centrale, ndlr) pour mes screams. Mitch lui (SodoMitch de son nom de scène, batteur du groupe, ndlr) s’occupe de ramener des bidons d’essence vides pour taper dessus avec des battes de baseball ou des fémurs humains selon ses envies. Après y’a Ringo (Ringo Shlag, ndlr) aux platines et au mixage qui sature le son au maximum pour adoucir le tout. João ( João Ferreira Da Cunha, ndlr) lui, vient nous prêter main forte avec son marteau piqueur pendant les sessions d’enregistrement. Ah oui et les bruits de pets et de régurgitations que vous entendez lors des couplets sont 100% authentiques ! On les enregistre nous-même pendant les moments de détente après les concerts puis on les rajoute au mixage.« 

Mais si l’instrumental est la véritable force du groupe, The Processus n’en oublie pas pour autant l’aspect lyrique. Björk Killgore écrit lui-même l’intégralité des paroles en s’inspirant des voix qui résonnent dans sa tête :  » The Non Dialogue Of Inner Voices c’est un cri qui vient de l’intérieur, une véritable ode à la joie de vivre et au bonheur. Je venais tout juste de sortir de cure de désintox puis de prison quand j’ai planché sur l’écriture des textes, je me sentais enfin libre et heureux et ça se ressent dans les paroles, notamment quand je crie Bleuuuarghh comme pour symboliser tous les sentiments négatifs que j’arrive enfin à expulser de mon enveloppe charnelle. On nous dit souvent qu’on est des bisounours avec nos textes tous publics et bien-pensants mais moi, je pense juste qu’on est des grands optimistes. »

La diversité des instruments et la liberté artistique sont donc les maitres mots chez The Processus. « Nous on tourne partout et on collabore avec n’importe qui. Tenez, l’autre jour on a remarqué qu’on évoluait sans guitariste depuis le début ahah…un oubli malencontreux. Du coup on a appelé un joueur de Air Guitar renommé pour travailler avec nous sur l’album et je peux vous dire que la différence est flagrante ! Par contre il s’habille en minotaure gothique et, même nous, on le trouve un peu bizarre mais bon… On fait avec. » conclue le leader de la formation.

The Processus à la Clermont-Geek Convention en 2019

Des critiques presques unanimes

Le bruit avant-gardiste de The Processus a su séduire les foules. Déjà comparés aux plus grands, de Gorgoroth à Mayhem en passant par BB Brunes, Björk et sa bande s’imposent comme la pépite montante du Metal game et les fans sont dans l’ensemble satisfait de la direction artistique empruntée pour Human Soul: The Exponential Territory Of Aberration And Saturation comme le démontrent les critiques du public :

Si certains regrettent une présence moins marquée du marteau-piqueur de João (l’instrument était omniprésent sur le premier projet du groupe « Seek, Destroy, Rape and Decapitate While Cumming« ), la claque auditive reste néanmoins toujours aussi efficace auprès des tympans du public et clive ces derniers entre fans hardcore et haters ignorants ce qui, au final, est le fardeau de tous les plus grands noms du Metal…

Article rédigé par : Gunther