Aah la campagne… Quiconque a déjà foulé les tendres terres rurales de notre beau pays ne peut que se remémorer, une larme de nostalgie aux bord des yeux, ces tranches de vie et d’amitié fantastiques passées à caillasser les gamins moches du village voisin lors d’une bataille rangée à la carrière de pierre ou bien encore ces francs instants de rigolade lors des infructueuses recherches de pieds de cannabis au milieu des champs de mais.

Mais sous ses airs de contrée paisible où la vie s’écoule lentement au bruit des émissions de méthane rugissant fièrement des fions de nos vaches à viande 100% françaises, la campagne cache en réalité un visage bien plus sombre… Celui de la violence, celui d’une terre sans foi et surtout sans loi où règnent en maitre animaux sauvages, gitans, rugbymen et tribus indigènes, issues d’inceste et se nourrissant de promeneurs parisiens égarés (leur chair étant nettement plus tendre du fait de leur constitution anormalement plus fragile que le reste de la population).

Avis à tous nos lecteurs ayant pour projet futur de se rendre à la campagne, grâce à cet article de ClodoNews vous découvrirez tout le bestiaire d’ennemis trouvables à la campagne afin de préparer votre survie dans ce milieu hostile. Voici donc 10 types d’adversaires campagnards, classés du plus inoffensif au plus dangereux :

10. La vieille follasse du bourg

Généralement prénommée Yvette ou Henriette, mais plus communément appelée la vielle folle du village, ce type d’ennemi peuple les campagnes françaises depuis les années 20. Du fait de leur âge avancé, les vielles folles du village sont des animaux quasi inoffensifs qui se contentent d’épier d’un regard noir, tapies derrière leurs persiennes poussiéreuses, les aventuriers qui oseraient mettre un pied dans le bourg du village.

Si les vielles folles ne disposent pas d’une force physique susceptible de vous blesser, vous devez cependant faire attention à ne jamais les sous-estimer. En effet, malheur à l’imprudent qui aurait par mégarde envoyé son ballon de foot dans le jardin d’une vielle folle. Ces goules blafardes seraient soudainement capables de courir en direction du ballon pour le crever d’un coup d’aiguille à tricoter avant de lâcher un vieux rire de crécelle démoniaque.

Si par malchance votre aventure vous mène dans l’antre de l’une de ces créatures putrides, il est fort probable que l’une d’elle vous propose une sucrerie pour vous amadouer. Mais n’acceptez jamais de bonbons de la part des vielles foldingo. Les confiseries qui se trouvent dans leurs chaumières sont généralement périmées (vous apercevrez même certaines marques pourtant classées comme disparues depuis la période de la révolution industrielle !). Ne tombez pas dans la ruse de ces vieilles succubes en recherche de la moindre compagnie dans leur triste veuvage, vous ne faites pas dans le social, vous êtes un aventurier en survie à la campagne.

vielle dame campagne

Vieille carne à la recherche d’un aventurier à importuner ou sur qui commérer avec les voisines.

9. Le Marius sur son tracteur quand il a un petit coup dans le tarin

Le Marius il est gentil d’habitude, un brave type y’a rien à dire. Mais en fait, ce n’est pas vraiment lui le problème mais plutôt le cubi de pinard de qualité douteuse qu’il s’enfile comme un cochon avant de prendre le volant du tracteur.

Le maire du village lui a déjà bien remonté les bretelles après un malencontreux accident qui vit le vélo du petit Paul (et le petit Paul par la même occasion) terminer écrasés et étalés sur la route par les 4 roues motrices du John Deere 4066 R d’un poids avoisinant les 2 tonnes. « Boudiou, j’ai cru que j’avais roulé en plein sur le sanglier teh ! » Lança Marius pour sa défense avant de se rendre aux champs pour soigner le bétail sous les rires complices de la dizaine d’habitants du village venus admirer le spectacle.

Vous l’aurez donc compris, le Marius est un bestiau qui n’est seulement dangereux lorsque vous évoluez sur les routes de campagne. Il vous sera donc facile d’éviter sa trajectoire en empruntant des chemins de traverse ou bien en vous procurant un véhicule capable de distancer le tracteur fou, c’est à dire un véhicule pouvant rouler à plus de 15km/h.

Il roule pas droit, il nous casse les couilles avec sa merde qui n’avance pas sur les routes mais bon, au fond, c’est comme ça qu’on l’aime notre Marius national.

vieux paysan tracteur

8. L’idiot du village

Chaque village dispose de son idiot attitré. Retard mental, difformations physiques et soucis d’élocutions sont les caractéristiques les plus visibles sur l’ennemi de type idiot du village.

Souvent moqué car il a réussi l’exploit d’être encore plus con que les autres cul-terreux de la bourgade, le simplet du village n’en reste pas moins un adversaire craint. Ne vous laissez pas berner par son regard vide d’expression et le filet de bave qui dégouline de ses chicots, l’idiot du village est en fait une véritable bombe à retardement qui cache en lui une force physique surhumaine.

Cet imbécile heureux peut passer de la joie à la l’ire en un rien de temps et alors qu’il semblait s’amuser à parler à son ami le soleil, il peut soudainement invoquer un sort de rage berzerk et courir derrière les petites filles pour les étrangler.

Renié par sa famille, vous apercevrez généralement l’idiot du village en train de tuer le temps aux alentours de l’école primaire vers 16h pour guetter ses proies ou bien vous le trouverez en compagnie de ses plus fidèles amis : les chiens errants du village en quête de déchets alimentaires lors des tournées des poubelles.

idiot du village

7. Les chiens du Maurice

En parlant de ces connards de chiens, vous devrez vous méfier de ceux du Maurice (le gros monsieur qui vit près du presbytère). Maurice est cet agriculteur un peu particulier, qui a fait vœu de célibat (volontaire selon ses propres mots) et qui préfère la compagnie des chiens à celle des femmes, et ce malgré son passage éclair dans l’Amour Est Dans Le Pré.

Mais souvent trop saoul pour s’occuper de l’alimentation de ses rottweilers, il n’est pas rare que ces derniers quittent leur enclos empli de fange et d’ossements humains pour courser les promeneurs qui oseraient passer devant leur grillage. Il vous faudra alors taper le sprint de votre vie pour espérer une chance de salut.

Fort heureusement, si vous êtes un lecteur assidu de ClodoNews, vous connaissez déjà les techniques loyales et déloyales pour sortir vainqueur d’une confrontation avec un clébard.

chien méchant zoulman

Le chien de race « zoulman » est particulièrement agressif envers l’homme

6. Jacquot le barman des fêtes du village

Les fêtes du villages seront l’occasion pour vous de vous confronter à Jacquot, le terrible empoisonneur qui s’autoproclame barman des fêtes une fois par an car « dans ma famille ça a toujours était nous les barmen, mon père était barman, mon grand-père était barman alors tu touches pas à la tireuse petit salopiaud« .

Une rencontre avec Jacquot n’a que deux issues possibles :

Soit vous faites parti d’une famille renommée du village (même si vous n’êtes que le cousin éloigné du charpentier ça fera l’affaire) et dans ce cas vous serez abreuvé gratuitement de bière bon marché et de ricard tout le long de la soirée mais aussi abreuvé d’histoires à dormir debout, tout aussi débiles les unes que les autres, narrant « le bon vieux temps avec ton grand oncle le Bernard, on était pas les derniers pour ramener des filles du bal musette de Saint-Geours » et vous passerez une soirée passablement divertissante.

Soit vous n’êtes qu’un étranger de la région voisine, voire pire, vous n’êtes qu’un connard de touriste. S’en suivra donc pour vous un long calvaire durant lequel Jacquot ignorera vos commandes pour servir ses amis à votre place avant de finalement vous servir un verre d’alcool périmé, qui croupit dans la pisse de rat sous le comptoir depuis la kermesse de l’école dans les années 80, ce qui conduira irrémédiablement à votre mort.

Et même si vous résistez à l’injection des poisons de Jacquot, ce dernier trainera votre corps inanimé derrière le podium du DJ Jean-Mi animation où le bruit de l’immonde compilation NRJ Summer Hits entrecoupée de « Tout le monde est chaud ce soir ?? Faites du… Bruiiiit » couvrira les râles de votre cadavre en train de se faire rouer de coups de barre de fer.

barman fêtes village

5. Les gitans

Pour rester dans le registre de la ferraille et autres objets contondants, il n’est pas rare de croiser Kendji et Kendja, accompagnés de leurs quelques enfants qui ne sont pas encore derrière les barreaux (c’est à dire les 36 petits derniers gadjos) dans nos villages de province.

Dites adieu à tout bijou, accessoire en métal ou toute chose qui brille de près ou de loin lors de votre rencontre avec la famille Lopes. Vous finirez à poil, le corps criblé d’épines de niglo, gisant sur le bord de la départementale.

Bien que les gitans soient de féroces bagarreurs, leur vitesse est souvent limitée par leur surcharge pondérale et leur hitbox s’en retrouve bien plus élargie, laissant ainsi une chance de survie aux aventuriers les plus rapides et plus précis techniquement au corps-à-corps. N’oubliez cependant pas que les gitans attaquent en meute et que vous serez rapidement débordé en nombre.

Il est cependant possible de nouer des liens d’amitié avec les gitans si vous avez la fibre commerçante. En effet, les gens du voyages sont de fins négociants itinérants qui privilégient d’ailleurs le troc au détriment de prix exorbitants. Vous pourrez donc réaliser une très belle affaire en engageant un gitan pour faire les travaux d’isolation ou de tuyauterie de votre maison pour la modique somme de 50€ seulement ! Vous pourrez par la suite faire appel à leurs talents de carrossiers pour remplacer votre voiture qui a mystérieusement disparu dans la nuit une semaine après que les gens du voyage aient terminé vos travaux d’aménagement alors qu’elle était pourtant bien cachée dans le garage dont la porte a bizarrement été forcée à coups de pied de biche.

gitans enfants allocations caravane

640€ (bientôt 800!) d’allocations familiales en une photo

4. Les bipèdes de l’équipe de Rugby

Ils gueulent comme des cochons, sont gras comme des cochons et sentent même comme des cochons, mais ils savent tout de même filer des gnons.

L’équipe de rugby du village se fera un plaisir de vous écraser sous ce qu’ils considèrent être leurs muscles (bien que le corps médical s’accorde à dire qu’il s’agit en fait de bourrelets) si vous osez croiser leur regard ou d’évoquer le rituel de la biscotte devant eux, touchant ainsi un point sensible et réveillant de profonds traumatismes de vestiaires de l’école de rugby.

Il n’y a que peu de chances de survie face une bande de rugbymen alcoolisés si ce n’est de détourner leur attention envers une bande de gitans qui par chance passait par là. En effet, rugbymen et gitans sont génétiquement programmés pour se taper dessus, ce qui assure en général le « choc des gitans » soit l’unique distraction disponible en campagne.

rugby jeu biscotte

3. Les chasseurs

Plusieurs heures de dégustation de saucisson, de pâté et surtout de pinard à l’intérieur du Peugeot C15 blanc pour quelques minutes de chasse dans les bois, voilà le quotidien du collectif de chasseurs du village.

Gare aux promeneurs des bois, les chasseurs tirent à la vue du moindre mouvement, pis, ils tirent même mieux quand ils sont bourrés ! Sangliers, gallinettes cendrées, humains… rien n’échappe à la dextérité de ces snipers du dimanche.

Il n’existe que peu de chances de survie face aux tirs des chasseurs. La meilleure option reste d’opter pour un camouflage couleur végétation et de ne pas bouger pendant plusieurs heures, voire plusieurs jours, avant de quitter la foret en s’assurant que vos adversaires soient partis. Attention à ne cependant jamais opter pour un camouflage chasseur. En effet, ressembler à l’un des leurs n’est pas gage de sécurité étant donné que les chasseurs sont eux-mêmes adeptes des tirs alliés lorsque le manque de proies sauvages et l’effet de l’alcool se font sentir.

chasseur fusil accident

2. La famille de zombie incestueux

Reclus dans les zones marécageuses des villages du nord de l’hexagone, les zombies incestueux font partie des ennemis les plus coriaces parmi tous les bouseux que vous pourrez rencontrer lors de votre périple en pleine France profonde.

Les radiations atomiques ainsi que les conséquences génétiques des mariages consanguins expliquent l’apparence repoussante de ces pécores. Souffrant d’une fâcheuse tendance au cannibalisme et, plus contrariant, d’une tendance au rejet de toute règle d’hygiène sanitaire (certains de ces paysans ne portent même pas de masques pour enrayer la pandémie de covid), ces adversaires, si ils ne vous dévorent pas tout crus, peuvent vous transmettre des maladies pourtant disparues du continent européen depuis des années telles que la peste bubonique ou la lèpre testiculaire.

1. Jean Lassalle

Le voilà, vous l’attendiez tous depuis le début de cet article, le boss final des campagnes françaises n’est autre que Jean Lassalle, petit fils de berger, fils de berger, berger et, accessoirement quand il en a le temps, député de la Vème république.

Mais pourquoi Jean Lassalle est-il si fort me direz-vous ? Tout simplement car il jouit de capacités physiques impressionnantes. La proéminence de son nez décuple ses facultés olfactives à tel point qu’il est capable de repérer le gibier à des kilomètres à la ronde. Sa voix rocailleuse lui permet de communiquer d’un versant d’une colline jusqu’au mont voisin rien qu’en chantant en béarnais. Son accent marqué agit comme un appât à femelles et lui assure ainsi une fécondation incéssante qui fait perdurer la lignée Lassalle depuis des siècles. Et enfin, sa musculature digne d’un dieu grec lui permet de couper des tronc d’arbres d’un revers de la main tandis que sa maitrise parfaite du MMA lui a permis de repousser une invasion d’ours sauvages de son village et lui confère l’humble titre de maître de la campagne.

Tu crois pouvoir la faire à Jeannot ?

Vous savez maintenant, cher lecteur, comment survivre à la campagne et vous adapter à un environnement que vous n’auriez jamais cru être aussi dangereux. Le monde rural c’est pour les hommes, les vrais. Alors ne venez plus pleurnicher lorsqu’un coq fait du bruit et que vous le trainez devant le tribunal car il perturbe votre grasse matinée bande de fragiles.

Article rédigé par : Freddy les bons tuyaux