Aie… Coup dur pour les fans de la série Kaamelott ! A l’approche de la sortie d’un film tiré de la série culte, l’auteur Alexandre Astier, véritable gourou de toute une génération d’adulescents aux cheveux gras a totalement pris à contrepied sa communauté de dévots en fustigeant violemment ces derniers au micro de Clodo News.

Les fans de Kaamelott : une armée de clones à l’hygiène douteuse ?

« Le gras c’est la vie », « Arthour », « Moi j’ai appris à lire, ben je souhaite ça à personne », vous avez sûrement déjà entendu ces expressions dans la bouche de l’une de vos connaissances. Les fans de Kaamelott sont friands de régurgitation de répliques cultes, les assénant à voix haute d’un air ahuri avant de rire à gorge déployée dans un incommensurable sentiment de satisfaction et de supériorité face au reste de la plèbe qui est, de toute manière, « trop conne pour comprendre l’humour si subtil de Kaamelott« .

« Séparez-moi de ces ploucs »

Vous voyez maintenant de qui nous parlons : les adorateurs de Kaamelott, qui seraient prêts à défendre leur série fétiche comme si cette dernière était une relique en terre sainte. Mais si il y a quelqu’un qui ne peut plus supporter ces énergumènes, c’est bel et bien Alexandre Astier lui-même !

La manière polie de dire que de gros beaufs dans la salle risquent de se lever en gueulant « ARTHOUR COUILLLERE »

« Mes fans c’est le genre de gamins qui se font martyriser au collège »

Alexandre Astier ne s’en cache plus : « j’exècre cette horde de nounours métalleux qui me sert de fans » dit-il avant de nous narrer son quotidien qui s’est transformé en enfer suite au succès de la série : « C’est dur d’être aimé par des puceaux vous savez ils n’ont aucun code des relations sociales. Tous les jours quand je me promène dans la rue avec ma femme, nous nous faisons sauter dessus par des individus boutonneux, à l’hygiène douteuse et affichant un l’IMC souvent limite. Et ils gueulent bordel… qu’est ce qu’ils peuvent gueuler… ARTHOUR COUILLLERE, ARTHOUR COUILLERE, j’en fais même des cauchemars la nuit, je vois une armée de clones de Linksthesun qui me saute dessus et j’essaye de leur foutre des patates, mais mes coups ne les atteignent jamais puis je finis par me transformer en l’un des leurs, ma dentition se dégrade et un excès de sébum envahit mes pores… Ils me ramènent à ma propre adolescence quand je n’étais qu’une victime comme eux…« 

Des terreurs nocturnes d’une intensité rare

Alexandre Astier et ses fans : une cassure ?

Le réalisateur semble donc vouloir se détacher de sa communauté jugée trop « toxique » sous tous ses aspects (mental comme olfactif), un peu la manière d’un enfant qui lâcherait ses amis gênants pour s’intégrer à un groupe de jeunes plus populaires.

En effet, Alexandre Astier aurait même prévu toute une série de mesures drastiques pour éviter les débordements que son armée d’adorateurs pourrait provoquer lors de la sortie du film : « Tout d’abord je publierai une série de tweets à horaires réguliers afin de rappeler à mes followers qu’ils doivent prendre une douche avant d’aller voir le film, par respect pour les gens normaux qui viendrait au cinéma« . Inflexible, le réalisateur poursuit : « J’interdirai également l’entrée aux couples composés de fans trentenaires accompagnés de leurs copines mineures rencontrées dans les conventions geeks. C’est mauvais pour l’image » avant d’annoncer sa dernière mesure : « Enfin, le premier qui s’esclaffera de rire au mot cuillère sera renvoyé dans le lieu qu’il n’aurait jamais du quitter : chez sa mère où il pourra visionner les hilarantes vidéos d’Antoine Daniel.« 

Ces mesures suffiront t’elles à éviter des malaises surréalistes lorsque les incels fous effectueront leur sortie dans le monde réel pour aller voir le film Kaamelott ? Seul l’avenir nous le dira.

Article rédigé par : Jordi « El Niño »