Coup de tonnerre pour l’émission de TF1 ! Denis Brogniart, le doyen de l’aventure, a été évincé par les aventuriers de la tribu réunifiée lors du dernier conseil. Une décision qui vient sanctionner le manque d’implication de Denis sur le camp selon les autres candidats.

Un manque d’investissement ?

Il est vrai que l’on a pas souvent vu Denis participer aux tâches communes au sein même du groupe d’aventuriers. Pendant que certains pêchaient, s’occupaient du feu ou partaient en trek pour aller manger 14 bananes, Denis lui, était totalement absent de l’île des naufragés, n’apparaissant ainsi quasiment pas sur les caméras de l’équipe de production.

« Denis il est jamais là quand on besoin de lui, je compte voter pour lui lors du prochain conseil » s’exclamait la toujours très diplomate Alexandra auprès de nos reporters. « Vous pouvez voir qu’il n’en branle pas une ! Regarde ses vêtements : toujours propres, petite chemise stylée et Stan Smith toujours d’un blanc éclatant » se confie Régis, l’un des aventuriers les plus appréciés par le public.

« Perso moi j’aurais honte à la place de Denis, Koh Lanta c’est pas fait pour rester bronzer sur la plage toute la journée accompagné de son harem de filles » selon les mots de Moussa, le véritable moteur du camp, toujours affairé aux tâches quotidiennes.

Denis agace ses compagnons en martelant ses blagues sur le sexe de Moussa

Denis avantagé par la production ?

Un autre point qui agace les compagnons de Denis : les soupçons de triche de la part de l’aventurier. En effet, de nombreux spectateurs ont remarqué que Denis semble avantagé de manière totalement volontaire par la production de l’émission.

Denis, par exemple, est le seul candidat à toujours connaitre les règles des épreuves de confort et d’immunité avant ses camarades. D’autant plus étonnant que les épreuves sont généralement complétement imbitables et nécessitent au moins 30 bonnes minutes pour êtres comprises par les aventuriers. Mais Denis, lui, fait preuve d’une insolente compréhension des règles bien avant tous ses camarades… Coïncidence ?

De plus, les fameux colliers d’immunités ont tous été trouvés par Denis dès le premier jour de l’aventure. Pendant que certains s’acharnaient à retourner la forêt pour trouver les colliers, synonymes de salvation pour le reste de l’aventure, Denis lui se rendait dans certains coins stratégiques de l’île, accompagné d’un caméraman et du médecin de l’aventure (au cas où) et trouvait les précieuses parures en l’espace de 30 secondes seulement. Malheureusement pour Denis, tous ses colliers ont du être utilisés lors des précédentes émissions, l’aventurier se sentant en danger dans son groupe.

Enfin, alors que le riz constitue l’alimentation principale des aventuriers, il n’était pas rare de voir Denis se délecter d’une bonne côte de bœuf sauce au poivre accompagnée de frites à l’écart du camp. La raison de ce traitement de faveur selon la production : « Denis, à son grand désarroi, est allergique au riz. Il a donc fallu trouver une alternative pour lui. Nous nous excusons auprès de lui qu’il n’ait pas pu profiter des délicieuses rations de riz mais nous n’avons pas eu d’autre choix.« .

« Le riz me donne des crises d’urticaire »

Leur sentence est irrévocable

Victime de la jalousie maladive de ses partenaires, Denis a donc été éjecté de l’aventure vendredi dernier. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase selon sa camarade Inès : « Denis, après avoir volontairement éteint le feu du camp pour foutre la merde, a construit un radeau pour partir sur une île autochtone se faire masser par des putes, il était censé ramener au moins du courrier pour nous mais il parait qu’il l’a échangé contre 10 grammes de weed locale. J’en peux plus de lui« .

Clap de fin pour Denis qui quitte l’aventure sans même léguer son vote noir à un autre aventurier. « Je vous emmerde tous et je rentre à ma maison » prononça le naufragé avant d’éteindre son flambeau. Il rejoindra cependant le conseil du vote final sur une autre île où il pourra se bourrer la gueule et faire trempette pendant plusieurs jours avec ses shabs Teheiura le cœur pur, Ahmad le tacos et Pholien la grosse folle.

« Ciao les losers », les derniers mots de Denis avant de partir tâter du fion indigène

Article rédigé par : Henry Le Mesquin